Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

Une virée à Saint Pétersbourg

globe

[ 1 ] Benoît vérifie la pression des pneus. En les rebouchant il perd le bouchon de la roue avant gauche qui tombe derrière les enjoliveurs. Oups ! Je gare le camping-car un peu plus loin et il est bon pour démonter la roue, ne rien trouver, remonter la roue et... refaire le chemin les yeux au sol pour finalement récupérer le précieux bouchon juste à côté de la pompe. Pourtant il avait déjà ratissé la zone du regard. Ouf.

[ 2 ] La bande d'arrêt d'urgence est régulièrement utilisée par des voitures pour griller tout le monde dans les embouteillages.

[ 3 ] Pourquoi s'embêter à creuser des tranchées pour cacher les tuyaux d'eau alors que tu peux simplement les faire passer par dessus les routes et chemins de terre ? (vu dans de nombreux villages avec des tuyaux de différents diamètres).

[ 4 ] Un frère, une soeur et un coeur qui fond !

RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIERUSSIE

Une ville de canaux

Nous n'avons passé qu'une journée à Saint Pétersbourg. Arrivés la veille, nous garons Baloo à huit kilomètres du centre ville, dans un quartier de grands immeubles résidentiels. Un stationnement tranquille ET gratuit, chouette ! C'est sous un beau soleil que nous enfourchons nos vélos pour avaler cette distance, Charlie nous dira plus tard que c'était son plus beau moment de la journée. Une fois dans le centre nous garons nos vélos dans un petit coin puis nous partons à la découverte de cette ville dont tout le monde nous dit le plus grand bien.

Et c'est vrai que la ville est belle ! Nous sommes agréablement surpris par la présence omniprésente de l'eau. La ville regorge de canaux plus ou moins larges, enjambés de jolis petits ponts de pierre. Nous observons les bateaux, la grande cathédrale, les immeubles majestueux... Charlie nous suit avec persévérance. Les constructions sont harmonieuses mais les parcs aux pelouses interdites nous déçoivent un peu. La ville est très belle mais ne nous charme pas. Nous passons la journée à vadrouiller au rythme de Charlie sans croiser le moindre espace de jeux pour enfant. Je crois qu'au fond de nous, nous commençons à rêver de nature, de liberté et de beaux paysages. C'est difficile d'expliquer à un enfant que même dans les parcs, elle ne peut pas courir librement. En fin d'après-midi nous lui faisons la surprise d'une balade en bateau à travers les canaux. On l'a bien mérité !

Le soir, c'est épuisés que nous nous réfugions dans un restaurant. Nos jambes n'en peuvent plus et nos ventres gargouillent. Sur la petite place, juste devant, un groupe de jeunes musiciens se donnent en spectacle et le public reprend avec enthousiasme une succession de chants visiblement très populaires. Gaspard les observe, subjugué ! Et puis à vingt-deux heures nous pédalons de nouveau, fourbus mais contents de notre journée. Les enfants s'endorment avant même de toucher leur lit.

<img class="top_image" style="width: 100%;" src="//www.melmelboo-voyage.fr/img/articles/2017/St_Petersbourg08.JPG" alt="RUSSIE" title="Russie" /
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE

En route pour la Finlande !

Bye bye Saint Pétersbourg ! Bye bye Russie ! Nous quittons la ville sous des trombes d'eau. Il fait moche et c'est sans regret que nous prenons la route de la Finlande. C'est même avec une pointe de soulagement à vrai dire. En un mois de voyage, nous n'avons découvert qu'une infime partie de la Russie. Nous aurions aimé nous aventurer beaucoup plus loin vers la Sibérie, mais faute de temps nous avons dû modifier notre itinéraire. Mis à part Moscou et quelques villes de l'anneau d'or qui nous ont captivées par la richesse de leurs monuments, nous avons eu du mal à apprécier les couleurs locales. La vie semble rude dans les petites bourgades que nous avons croisées et les gens sont bourrus au premier abord. Nous avons eu très peu de contacts cordiaux avec les russes que nous avons croisés et l'impression que le temps s'est arrêté à la chute de l'URSS et l'impossibilité de communiquer avec les gens nous ont un peu pesé à la longue.

Nous avons hâte de découvrir de nouveaux paysages, de profiter à nouveau de jolis bivouacs en pleine nature, de rencontrer des gens qui parlent anglais pour pouvoir de nouveau communiquer facilement... Bref. Nous roulons vers la frontière avec enthousiasme !

RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIE

Bye bye Russie

Dix kilomètres avant la frontière, un douanier nous arrête pour vérifier nos papiers. Comme toujours dans ces cas-là, nous sortons les copies de nos passeports que nous lui tendons. Il les observe et se montre un peu plus insistant, il veut les vrais passeports. Benoît coupe donc le moteur, ouvre le coffre-fort et sort la pochette contenant tous nos précieux documents. Il tend les deux passeports à l'officier. Deux ? Comment ça deux ? Ce sont ceux des enfants, où sont les nôtres ? Ils devraient être rangés là, c'est leur place. On se regarde avec une lueur inquiète dans le regard. C'est toi qui les as ? Non ? Mais où peuvent-ils bien être ?

Panique à bord. Nous retournons littéralement le camping-car pour tenter de les retrouver tout en essayant de nous souvenir du pourquoi du comment. La dernière fois que nous en avons eu besoin, c'était pour faire le check-in de l'hôtel à Moscou. C'est moi qui m'en suis chargée. Est-ce que j'aurais été assez bête pour repartir sans nos papiers ? Je commence à me fustiger, après tout je suis tête en l'air, mais quelle idiote ! Benoît appelle l'hôtel et leur explique qu'on pense avoir oublié nos passeports chez eux. Le réceptionniste promet de rappeler dans une demi heure, le temps pour eux de chercher nos précieux papiers d'identité. Pendant que Benoît continue de fouiller systématiquement Baloo dans l'espoir de les retrouver, je me renseigne sur les démarches à entreprendre si nous ne les retrouvons pas. Nous sommes censé sortir du pays rapidement, notre visa expire bientôt... Que va-t-il se passer pour nous si nous n'avons plus nos passeports pour passer la frontière ?

Et puis d'un coup la révélation. Je me souviens de tout. Après le check-in de l'hôtel, nous les avions déposés rapidement dans le camping-car avant d'aller manger au restaurant avec les parents de Benoît. Nous ne voulions pas les emporter avec nous pour (ironie du sort) éviter de les perdre. Nous les avons posés sur la table du camping-car et nous apprêtions à partir. Au moment de fermer la porte nous nous sommes regardés avec la même idée en tête : posés sur la table ils faisaient une cible trop évidente pour d'éventuels voleurs. Mais le coffre fort était inaccessible et la flemme de les y ranger au risque de faire attendre tout le monde a eu raison de nous. Qu'à cela ne tienne ! Je propose à Benoît de glisser nos deux passeports sous le siège auto de Charlie. Une super cachette aussitôt trouvée, aussitôt oubliée. Quelle bande de nouilles !

Je me précipite jusqu'à la cachette. Ils sont là. Ouf ! Je ne vous raconte pas le soulagement lorsque je les ai brandis sous le nez de Benoît en riant nerveusement. il est retombé amoureux de moi comme aux premiers jours, instantanément. C'était beau. Mais le plus beau, c'est qu'on a pu quitter la Russie sans encombres, et ça ce n'était pas gagné !

RUSSIERUSSIE
RUSSIE

Commenter cet article