Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

Oups, demi tour !

globe

Aujourd'hui nous avons commencé la journée tranquillement en ne faisant rien de particulier. Charlie a traîné en pyjama dans notre lit pour jouer avec ses petits personnages et sa petite maison meublée hors de portée de son petit frère. Gaspard a crapahuté, discuté, fait des bisous à son papa, fait des bisous à sa maman (il s'est découvert une passion pour les bisous ces derniers jours, c'est génial !), râlé pour qu'on le prenne dans nos bras, tourné les pages des livres et étalé tout un tas de jouets par terre... la vie. Benoît et moi avons mis du temps à démarrer et lorsque tout le monde a été prêt nous avons roulé jusqu'à la grande ville suivante pour trouver un restaurant où manger ainsi que le cadeau d'anniversaire de Gaspard qui approche à grands pas ! On avait une idée bien précise et typiquement Russe pour ses un an et nous avons cherché longtemps sans trouver... et puis au détour d'une rue, alors que nous rentrions bredouille au camping-car, nous sommes finalement tombé sur la perle rare ! Devinerez-vous de quoi il s'agit ?

Je m'égare.

Le restaurant de ce midi était kitsch à souhait avec sa piste de danse, ses dorures sur pilliers et la mise en pli de ses chaises. Le décalage entre le service très classieux et le contenu plutôt rustique de nos assiettes était amusant ! Nous avons renoué avec plaisir avec notre habitude de prendre une soupe avant le plat principal, MIAM ! Pour le dessert, direction un salon de thé plein de pâtisseries généreuses et très tentantes. Nous nous sommes lancés avec méfiance (la Hongrie et l'Autriche nous ont appris à être septiques envers les pâtisseries qui ont "l'air" tentantes) pour finalement nous régaler !

RUSSIERUSSIE
RUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE

Nous avons roulé le reste de l'après-midi sur une route extrêmement droite, à peu près quasiment presque lisse et vraiment très monotone. Heureusement, quelques camions nous ont doublés de temps en temps en se rabattant au dernier moment alors que des voitures arrivaient en face. C'était vraiment distrayant flippant. Mais je croie qu'on s'habitue à tout puisque maintenant je n'ai plus envie de me jeter sur le klaxon en hurlant qu'ils sont fou, inconscients, danger public, n'importe quoi, merde, comme c'était le cas à notre arrivée en Lituanie !

En quittant la grande route pour les routes de campagnes qui menaient à la grande ville, nous avons renoué avec les ornières et autres nids de poules ! Les conducteurs zigzag sur la route pour les éviter, elles sont très nombreuses et souvent assez profondes. Il n'y a plus de file de gauche ni de file de droite qui tienne, il s'agit juste de trouver le chemin le moins pire pour la voiture. Difficile à expliquer, il va vraiment falloir que je prenne le temps de photographier tout ça pour vous montrer. C'est tout simplement incroyable !

Et puis en cherchant un bivouac discret avec un coin d'herbe pour les enfants, nous avons emprunté une rue comme les autres en périphérie de la ville. Une rue de quartier résidentiel lambda, en terre, humide, parsemée de flaques qui zigzaguait entre les immeubles, entre les maisons, entre les garages entre... Jusqu'à ce que...

"Euh... c'est moi où il y a des arbres en face de nous là ?"

"Plus de route ? Mais le GPS dit que..."

"Oui. Mais non, plus de route."

"Il va falloir faire une marche arrière..."

"Oui."

"Sur des centaines de mètres ?"

"Oui."

"Et si on s'embourbe ?"

Benoît a géré la marche arrière comme un chef sur une centaine de mètres. En revanche le demi tour qu'il a tenté sur un croisement chaotique a été un fiasco. Le moteur a surchauffé et nous nous sommes retrouvés coincé à l'abri des arbres en attendant que notre vieux Baloo accepte de démarrer à nouveau (environ une heure). Le temps pour moi de faire manger les enfants, et pour Benoît de désherber, virer un maximum de branche et se faire dévorer par les moustiques ! Nous avons finalement réussi à nous sortir de là sans encombre et avons filé la queue entre les jambes nous garer au pieds d'un immeuble lambda du centre ville. Et pour le coin d'herbe ? On verra plus tard !

RUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIERUSSIE

Commenter cet article