Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

Les rencontres

globe

CROATIECROATIE

Si je ne vous parle pas beaucoup des gens que l’on croise c’est parce que nos rencontres sont fugaces, et si je ne vous montre pas leur visage c’est parce que je ne me permets pas de photographier ces inconnus qui sont des rencontres d’un instant. A vrai dire ça ne me vient pas à l’idée. Et pourtant nous ne sommes pas seuls tout le temps, nous rencontrons des gens tous les jours et ils ponctuent souvent nos journées de petits bonheurs.

Le douanier qui nous demande nos papiers avec un air un peu sévère, inspecte l’intérieur du véhicule et passe la main dans les cheveux des enfants en leur adressant un goodbye chaleureux auquel Charlie s’empresse de répondre avec enthousiasme. Le policier qui nous arrête pour nous demander dans un anglais approximatif -qui le gêne visiblement- d’allumer nos feux même le jour car c’est comme ça ici. L’épicière qui me voyant arriver, un bébé dans le dos et les bras chargé de fruits et légumes dans mes sacs en tissus, s’empresse de me débarasser pour aller peser tout mon barda à ma place. Le cycliste qui nous suit et nous interpelle pour nous indiquer un bivouac où passer la nuit. Cette dame dans la file à la poste qui sentait fort la cigarette et qui s’est emparé de Gaspard sans un mot pour ensuite babiller avec lui et Charlie jusqu’à ce que cesse cette interminable attente. Ces touristes coréennes qui attrapent la petite main tendue de Gaspard en lui faisant mille grâces et qui nous félicitent pour notre choix de vie en s’écriant que c’est « Extraordinary ! Great ! Fantastic ! You are such a beautiful family ! ». Ce fermier qui nous présente fièrement son fougueux cheval et qui propose à une Charlie terrorisée de grimper dessus le plus sérieusement du monde. Ces petites filles qui rejoignent Charlie à la balançoire pour jouer avec elle et qui tente de la faire parler avec leurs trois mots d’anglais. Ce groupe d’enfants qui joue sur la place du village et nous interpelle avec enthousiasme pour connaître le noms de nos enfants. Celle qui nous a gentiment indiqué la laverie alors qu’elle même tient un pressing. Ce postier qui nous a vendu un timbre et m’a laissé choisir le plus beau parmi tous ses carnets. Cette très vieille dame qui s’arrête cinq minutes pour tenter de nous indiquer la rue où nous trouverons à manger malgré la barrière de la langue. Le garagiste qui rigole en nous assurant que notre batterie va très bien, c’est le voltmètre qui est pourri, normal puisqu’il est chinois, ah ah ! Et puis les autres, ceux qu’on croise dans les gestes du quotidien et que l’on oublie, mais avec qui l’on a échangé un bonjour, une parole, un sourire, un regard.

Des rencontres nous en faisons chaque jour même si elles n’ont pas de nom ni de visage précis dans nos mémoires. Ça fait aussi parti du voyage !

Commenter cet article