Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

Les petites séries

globe

MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo

Les squatteurs de perron

A Montevideo nous marchons des kilomètres ! Environ six ou sept par jours. Au début de nos balade, Gaspard trottine à nos côtés avant d'être porté. Tantôt il gambade en nous donnant la main, tantôt il se démène pour suivre Charlie dans ses explorations. Et puis régulièrement l'un des deux trouve un perron et s'assoie... immanquablement rejoint par l'autre. Je les trouve tellement mignon avec cette petite habitude que j'ai décidé d'immortaliser le rituel à plusieurs reprises.

Et puis lorsqu'il montre des signes d'impatience ou de fatigue nous installons Gaspard dans le porte bébé d'où il observe, commente, fait coucou, s'endort... Charlie en revanche n'est quasiment jamais portée. Elle a donc pris l'habitude de systématiquement s'asseoir sur les perrons que nous croisons pour refaire le plein d'énergie quand elle a un petit coup de mou. Ceci explique cela. Et hop ! Maintenant vous savez tout.

MontevideoMontevideo
Montevideo
MontevideoMontevideo
Montevideo
MontevideoMontevideoMontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo

Les buveurs de maté

A peine avons nous posé un pied sur le sol américain que cette particularité uruguayenne nous saute aux yeux ! Du matin au soir et du soir au matin les gens d'ici boivent du maté, une boisson traditionnelle sud-américaine issue de la culture des Amérindiens Guaranis. Le maté se consomme à l'aide d'une bombilla (sorte de paille métallique filtrante) dans une calebasse (petit récipient en XXX) où l'on fait infuser des feuilles de yerba mate dans de l'eau chaude. Il s'agit d'un stimulant connu pour améliorer la réactivité et les capacités de concentration. Sa consommation à long terme apporterait en outre des effets bénéfiques sur la santé. En fait, il s'agit surtout d'une boisson sociale, symbole de fraternité et d'hospitalité, un peu comme notre pause café/clope française... mais en plus invasif encore !

Et pour cause ! L'Uruguay a une petite particularité par rapport aux pays voisins, c'est le nombre impressionnant personnes se baladant systématiquement un thermos d'eau chaude sous le bras et une tasse de maté à la main. Lorsque les uruguayens se déplacent en groupe ou en couple la tasse de maté passe de l'un à l'autre et chacun sirote sa gorgée de temps en temps. Nous croisons sans cesse des gens qui bavardent autours d'une unique tasse de maté. Les ouvriers travaillent avec leur tasse à porté de main. Les commerçants la posent sur leur comptoir. Le maté est omniprésent. On peut même trouver de l'eau chaude à vendre dans certaines petites boutiques pour refaire le plein du thermos.

En revanche impossible de se poser à la terrasse d'un café pour commander un maté, cette boisson se prépare à la maison avec ses propres ustensiles. Alors que nous hésitions à acheter de quoi cuisiner notre propre maté pour dormir moins bêtes... nous avons la chance de sympathiser avec un groupe d'argentines rencontrées à l'hôtel. Elles se font un devoir de nous expliquer cette particularité culturelle uruguayenne qui les surprend autant que nous. Elles ont beau avoir toutes apporté avec elles leurs ustensiles à maté (de même qu'elles ont toutes apporté leur paquet de clopes à rouler et leurs affaires de toilettes), elles ont beau en boire aussi du matin au soir et du soir au matin... On ne se promènent pas à tout va avec sa calebasse à la main en Argentine ! Non d'une bombilla !

Pour notre plus grand plaisir, les filles nous proposent de goûter un maté préparé à notre intention. C'est chouette de voir quelqu'un réaliser ces gestes à la fois si familiers et si nouveaux pour nous. C'est chouette aussi de se faire expliquer chaque étape du rituel ! Mais je te vois venir avec tes gros sabots. Assez de blabla... Le verdict ? C'est bon. C'est amer. C'est fort. C'est nouveau. Mais vraiment, je crois qu'on pourrait l'adopter si nos réserves de thé venaient à s'épuiser trop vite.

MontevideoMontevideoMontevideoMontevideoMontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo
MontevideoMontevideo

Commenter cet article