Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

La journée des fraises

globe

RUSSIERUSSIE
RUSSIERUSSIE
RUSSIE
RUSSIERUSSIE

A peine passée la frontière Russe et nous voila dépaysés ! Les tronçons de route sont très inégaux et le camping-car vibre de tous les côtés. Nous roulons dans la campagne et croisons un tas de vieilles voitures qui nous font remonter le temps. C'est incroyable de voir des Lada et autre fourgons tout en rondeurs en vrai, j'ai l'impression d'être dans un film des années quatre-vingt, sauf que c'est la vraie vie d'aujourd'hui.

Régulièrement nous roulons sur des pistes de terre et de graviers défoncées. En ville tout le monde zigzag un peu pour éviter les nids de poule. Sur les routes abîmées, les pansements de goudrons ont l'air de s'empiler irrégulièrement les uns sur les autres dans un dégradé de gris plus ou moins foncés. Avec Benoît nous rions de l'état de ces routes qui sont exactement telles que nous les avions imaginées. Je lui dit que je verrais bien un monsieur se promenant au bord du macadam avec sa pelle et son seau de goudron pour reboucher les trous du mieux qu'il peut. Et nous rions.

C'est alors que nous croisons un antique tracteur garé sur le bord de la route. Un monsieur en bleu de travail s'active sur la voie qui nous fait face. Il est seul et rebouche les nids de poules avec du goudron et une simple pelle. Nous sommes interloqués par cette vision qui fait écho à ma blague.

Après une nuit au calme dans une petite villes aux allures de village (imaginez des rues en terre battue, de l’herbe, des arbres, de petits immeubles et des maisons éparpillés au milieu de potagés gourmands et généreux) nous nous levons sous un beau soleil. Notre camping-car intrigue les riverains qui l’observent avec curiosité et lorsque nous sortons jouer dehors nous sommes rapidement rejoint par des voisines. L’une d’elle nous propose d’emmener les enfants jouer devant sa cabane de jardin en bois, sur son petit carré d’herbe avec Martha, son chat. Elle parle un peu anglais et s’éclipse après nous avoir demandé de l’attendre ici ; elle revient quelques instants plus tard avec des fraises de son potager. Quel délice ! Charlie offre une fraise à une petite fille avec qui elle joue. Plus tard dans la journée, sa maman donnera un jouet à Gaspard dans un russe incompréhensible pour nous mais emprunt de sourires et de gentillesse ! Décidément, quel accueil !

Notre première journée est déjà pleine de petits rayons de soleil ! Mais il est déjà temps pour nous de reprendre la route pour avancer un peu si l’on veut rejoindre Moscou à temps pour retrouver papi et mamisa ! Alors nous rejoignons la grande route (l’équivalent d’une nationale française) pour nous enfoncer un peu plus vers l’est. Avec une petite pause sur le bas côté, le temps d’acheter une grosse poignée de minuscules fraises des bois fraîchement cueillies ! MIAM !

PS : regardez-moi cette façade incroyable décorée à l'aide d'une multitude de bouchons de bouteilles en plastiques ! (vous pouvez cliquer sur la photographie pour l'agrandir)

RUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIERUSSIE RUSSIE

Commenter cet article