Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

De la neige en avril

globe

Nous restons deux journées dans ce petit camping au bord d’un lac, le temps de faire trois grosses lessives qui sèchent rapidement au grand air car le vent souffle fort. Nous en profitons pour visiter les alentours à vélo, pour tester notre petit cerf volant, pour faire du toboggan avec Charlie (on s’est bien amusé, pourquoi n’y a t-il pas plus de toboggans adaptés à nos fesses d’adultes ?!) et de la balançoire… Ah oui, et de prendre une bonne douche chaude en famille !

Après deux journées de beau temps où l’on sort malgré tout bien couverts, les températures chutent et la neige fait son apparition. Le vent est très fort, c’est la tempête… En l’espace de quelques jours nous passons du maillot de bain aux chaussettes de ski ! C’est incroyable.

HONGRIEHONGRIE
HONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIEHONGRIE

Et puis la tempête

Il est temps de reprendre la route jusqu’à Vienne. Lorsque la neige commence à tomber nous pensons avoir la berlue, les flocons sont tout petits, ça ne serait pas plutôt de la pluie ? Nous n’avions pas envisagé que ça puisse arriver si tôt dans notre voyage ! Et sûrement pas ici, en avril ! Mais la tempête se lève et les flocons sont bien visibles, bientôt tout blanchi autour de nous. Je m’assure que les enfants sont bien au chaud sous leur couette car la cellule du camion n’est pas chauffée quand nous roulons. Charlie m’assure que tout va bien et Gaspard dort comme un bienheureux. Nous roulons.

C’est bientôt l’heure du déjeuner et le vent est de plus en plus fort. Nous dégotons un endroit relativement abrité où manger et passer l’après midi en attendant de voir comment les choses évoluent. Il fait 2°C dehors et guère plus à l’intérieur du camping-car ! Nous fermons les volets, et tous les rideaux de Baloo pour réduire l’espace et améliorer l’isolation vraiment médiocre de notre camping-car qui n’est pas prévu pour ce temps là. La chaleur de la cuisine réchauffe un peu l’intérieur, on allume le chauffage, on tapisse le sol de couettes et de plaids et l’on cocoone tranquillement tous les quatre pendant une bonne partie de l’après-midi. J’ai l’impression d’être une enfant, je trépigne d’impatience à l’idée d’aller jouer dans la neige et j’apprécie autant que les deux petits le douillet de notre cabane ! Benoît est bien au chaud et n’a pas du tout, du tout, du tout envi de sortir ! Ça tombe bien, il faut garder Gaspard ;)

Il est quatre heure, nous goûtons rapidement et Charlie enfile un deuxième pantalon, une paire de chaussettes supplémentaire, des bottes, deux écharpes, son gros manteau… et zou ! En route la troupe ! On s’élance vers la neige ! Elle est ravie et moi aussi ! On court, on crie, on saute ! Le vent est glacial et la neige tombe encore très fort. Au bout de trois minutes nous sommes gelées et décidons de rentrer nous abriter à toute vitesse. Avec un sourire jusqu’aux oreilles !

Il est temps de reprendre la route. Après avoir pesé le pour et le contre, nous décidons de faire les trente kilomètres qui nous séparent de Vienne et de profiter des grands centres commerciaux pour nous équiper un peu mieux pour le froid. Nous savons qu’en Mongolie nous risquons de subir ce genre de températures, il nous faut des tapis pour le sol, une couette en plus, un rideau pour la porte d’entrée, des chaussettes de ski et deux trois bricoles supplémentaires.

HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIE
HONGRIEHONGRIE
HONGRIE

Commenter cet article