Hey ! On a une chouette page facebook, tu viens ?

Non... laisse moi tranquille, va-t-en !

Colonia, son soleil et ses plages

globe

UruguayUruguayUruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguayUruguayUruguay
UruguayUruguayUruguay

Retour en France

Cette jolie ville balnéaire nous a été conseillée par des lecteurs ainsi que par les uruguayens rencontrés à Montevideo, nous étions donc très enthousiastes à l’idée de la découvrir ! A peine garés nous rencontrons un couple de français en vacances dans le coin pour quelques semaines. Puis un autre qui se joint à la conversation. Plus tard, après notre vadrouille en ville, un jeune homme -français lui aussi- toquera à la porte pour nous saluer. Et encore plus tard un motard français s’arrêtera pour tailler la bavette avec nous. Chose amusante, sa moto et lui ont voyagé sur le même cargo que Baloo. Bref, on commence à trouver toutes ces rencontres rigolotes. Visiblement, Colonia est prisée de nos compatriotes !

Des petits coins mignons comme tout, La mer au bout de la rue, un restaurant en terrasse (huuuum le steak végétal), deux bières bien fraîches… On a beaucoup marché à travers les rues de Colonia sous un soleil de plomb. Et puis au bout d’un moment nous avons laissé de côté la ville pour rouler jusqu’à un quartier huppé un peu en retrait où un chouette bivouac avec vue sur la mer nous tendait les bras.

UruguayUruguay
Uruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay

Fenêtre sur mer

Nous dormons comme des loirs, veillés par le vigile du quartier privé d’à côté qui est passé nous assurer que nous étions en sécurité ici. Nous n’en doutions pas mais nous apprécions sa bienveillance à notre égard, le geste est gentil !

Le lendemain matin j’enfile une robe et je pose une carte congé parental de dix minutes, le temps d’apprécier mon thé en solitaire, face à la mer. Ce silence, ce sable fin sous mes pieds, cette vue, quel bonheur ! Hein ? Quoi… C’est quoi ça ? Une canette. Un sac plastique. Un mégot. Une bouteille. Un morceau de verre… Pfffff. L’humanité est parfois désespérante. Branle bas de combat chez les Memelboo ! Nous dégainons notre poubelle blanche et décidons de la remplir avec les enfants histoire de nettoyer un peu la plage. Je casse un peu le mythe là mais souvent derrière nos jolis clichés il y a ces tas de déchets qui s'accumulent à nos pieds et que l'on sort du cadre mine de rien. Pas toujours mais souvent. Bien trop souvent.

La poubelle est pleine en cinq minutes. Et puis Charlie trouve un sac plastique enfoui dans le sable. Benoît aussi. Plusieurs en fait. Alors on les remplie aussi et on réorganise tout ça : finalement nous embarquerons les déchets compostables dans notre poubelles, les merdes en plastique iront dans ces sacs plastiques direction le premier conteneur qu’on croisera. C’est l’occasion pour nous d’expliquer la différence entre ces matériaux aux enfants. Le moment parfait pour faire comprendre à Charlie pourquoi nous essayons autant que possible de bannir le plastique de nos vies. Chouette ! Ou pas…

Sinon, en vrai, une fois nettoyée, elle est belle la plage !

UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguay
UruguayUruguayUruguay
UruguayUruguay
Uruguay

Commenter cet article